Houdet et son fauteuil 2.0

20150403_143303

Vendredi 3 avril, sous un Roland Garros envahi par la pluie, Stéphane Houdet, deuxième joueur mondial de tennis en fauteuil, présentait à la presse son tout nouveau bijou, devant une dizaine de journalistes conviés. Le mauvais temps a forcé tout ce petit monde à se rabattre sous le court n°1, pour découvrir le nouvel outil de travail du champion français : un fauteuil roulant qui marque une avancée époustouflante dans la discipline.

Le spectacle vaut le coup d’œil : face à une Pauline Parmentier « impressionnée » qui enfile le costume de sparring-partner pour l’occasion, Stéphane Houdet joue et décrypte chacune des nouveautés apportées par son nouvel engin. La principale étant bien évidemment la position du joueur : il n’est non plus assis sur le fauteuil, mais à genou. Et cela a de grandes répercussions : le bassin participe désormais au mouvement, la circulation sanguine et la répartition du poids sont meilleures, l’allonge est bien plus grande, et les bras sont directement bien placés. « J’utilise des parties de mon corps que je ne sollicitais pas avec mon ancien fauteuil, comme ma cheville que je peux parfois poser au sol entre les points. Le but de ce fauteuil est aussi de développer un jeu plus agressif, plus vers l’avant, notamment grâce au gain de vitesse » explique Houdet. D’importantes innovations techniques ont également été ajoutées au fauteuil, comme le châssis plus rigide, ou bien le système de la fourche escamotable qui permet de garder les roues bien au sol et dans le sens du mouvement pendant le service.

« Le décliner pour une utilisation quotidienne »

Et si quelques points restent cependant à peaufiner (« Je dois encore trouver l’équilibre parfait, le bon ajustement. Je ne l’ai essayé que trois fois pour l’instant, je n’ai pas encore pris tous mes repères »), taper la balle sur son nouvel outil représente déjà un sacré accomplissement pour Houdet, dont l’idée de ce fauteuil trottait dans la tête depuis maintenant 5 ans. « La réalisation a commencé en 2012. Ce fauteuil est 100% français, il a été créé par deux entreprises bleu-blanc-rouge ! » se réjouit celui qui fut amputé à 25 ans. L’objectif final, lui, est simple : se rapprocher au maximum des sensations d’un joueur valide. Lundi, Houdet s’envolera pour l’Afrique du Sud, où il devrait tester pour la première fois en compétition son nouveau fauteuil. Mais « on se pose encore quelques questions pour le transport, car si il y a un souci avec le fauteuil, il nous sera impossible d’en ressortir un avant Roland Garros » prévient Julien Mouret, le prothésiste.

C’est désormais sur le long terme que ce nouvel outil demande à être testé. : « On peut imaginer qu’un jour, ce fauteuil soit décliné pour une utilisation quotidienne, également pour les paraplégiques et les tétraplégiques ». Stéphane Houdet quant à lui reviendra d’ici quelques semaines Porte d’Auteuil, pour tenter de conquérir un quatrième trophée du Grand Chelem, après deux Roland Garros et un US Open. Avant la grande échéance : Rio, en 2016.

Propos recueillis par Sacha Acco

Remerciements particuliers à Olivia Teboul de l’agence 15-love

Crédit photos : Mickaël Acco

4 commentaires to "Houdet et son fauteuil 2.0"

  1. A-snowboard dit :

    J’en avais vaguement entendu parler de ce projet. C’est donc concret.

    En espérant qu’il pourra de nouveau conquérir quelques titres !

    Vous n’avez pas quelques vidéos de ce nouveau fauteuil ?

  2. Innerself dit :

    @A-snowboard : je te conseille le replay du JT de TF1 du 2 Avril. Le chapitre 9 (à 19 minutes et des brouettes) le montre.

  3. Une super innovation dans le monde du tennis fauteuil qui devrait dans l’avenir révolutionner le jeu, mais pour le moment Stéphane Houdet est encore dans la période des réglages et ça se ressent au niveau de ses résultats. Nul doute que son véritable objectif est d’être prêt avec ce fauteuil pour Rio 2016.

Laisser un commentaire