IMPRIMER IMPRIMER

Joueur cherche mécène

En cette fin de saison, alors que Federer et Djokovic bataillent à Londres, que la bande à Clément s’entraîne à Bordeaux en vue de la finale de Coupe Davis, pour d’autres, c’est l’heure des comptes. Les comptes d’une saison passée à voyager d’un bout à l’autre du monde dans le but de gratter quelques points, quelques places au classement. Deux d’entre eux, Jonathan Eysseric et Jérôme Inzerillo, respectivement pensionnaire du top 300 et 700 ATP, ont lancé un appel aux dons sur le web, une cagnotte, afin de financer leurs prochaines aventures tennistiques.

Jonathan Eysseric, 248ème joueur mondial

Jonathan Eysseric, 24 ans, vient de clôturer, malgré une blessure, sa meilleure saison, et se rapproche ainsi de son meilleur classement (202ème en juin 2013). Mais le Français est loin d’être à l’abri financièrement parlant. « A ce classement, les conditions financières ne sont pas évidentes. Tu ne mets pas du tout d’argent de côté et pour être accompagné dans tes déplacements toute l’année, ça devient très compliqué » déplore t-il.

Entraîné par Didier Lanne et suivi par deux préparateurs physiques (Fabien Lefaucheux et Eric Hernandez de BFS Training), Eysseric a ainsi lancé une cagnotte sur le site Leetchi.com, afin de pouvoir emmener son staff, ou du moins son entraîneur, dans ses tournois, et d’exploiter au maximum son potentiel en vue de « s’installer durablement dans l’élite du tennis mondial ». Il résume : « Je dirais qu’une saison, en faisant attention aux dépenses, c’est environ 50 000 euros pour les frais de transports, l’hébergement, la nourriture, le cordage, etc. et 50 000 euros pour un coach qui vous suit partout s’il n’a pas un salaire trop élevé ». Sachant que le prize-money du joueur tourne autour de 50 000 euros pour cette saison, il lui est impossible d’être suivi d’un entraîneur. Or, « aujourd’hui, je peux tenir toute l’année seul à mon classement, mais je ne veux pas y rester, et ça passe par un investissement quotidien ».

« L’idée de la cagnotte vient de mon entraîneur, car aujourd’hui je ne peux pas me permettre de le prendre à plein temps, et lui doit s’organiser pour l’année à venir, raconte Eysseric. Alors il m’a dit : ‘on va ouvrir une cagnotte, et les gens qui croient en toi pourront investir s’ils le veulent avec des contreparties’ », en l’occurrence des rencontres sur et en dehors du terrain avec le joueur. « C’est vrai que c’est une bonne idée, et je trouve sympa pour les gens qui aident de pouvoir se sentir fier quand le joueur gagne de beaux matchs, gagne des titres. Aujourd’hui, j’essaie, et on verra où cela nous mène… »

Jérôme Inzerillo, 669ème joueur mondial

A l’instar de Jonathan Eysseric, lui aussi veut passer à l’étape supérieure, franchir un cap. Jérôme Inzerillo, 354ème mondial en 2012, se trouve dans une situation financière plus délicate que son homologue. « Je finis dans le rouge chaque année » explique le Sudiste. Il détaille : « l’académie dans laquelle je m’entraîne, c’est 5000 euros, je passe environ 175 jours par an dans les hôtels, soit environ 12 200 euros avec la restauration, les transports me coûtent 5000 euros, les frais de tournoi représentent 300 euros, puis les cordages et les produits spécifiques au tennis me reviennent à 3000 euros au total ». Total : 25 500 euros pour environ 25 tournois par an répartis dans 9 pays.

Inzerillo, brillant chez les juniors, ambitionne désormais de gravir le plus rapidement possible les échelons pour jouer au plus vite des tournois Challengers. Pour lui aussi, la cagnotte en ligne semble être une bonne alternative : « Étant donné mes objectifs et les frais que cela engendre, c’est presque devenu indispensable. Si j’arrive à récolter une certaine somme, cela me permettrait de voyager plus sereinement et d’emmener avec moi mon coach, ce qui est primordial dans ma progression ». Autrement, le joueur pourrait bien en finir avec sa carrière professionnelle : « Quand vous perdez de l’argent tous les ans, ça devient compliqué pour continuer. D’autant plus que les dotations n’ont pas augmenté depuis 20 ans sur les tournois Futures ! ». Un discours qui n’est pas sans rappeler celui de Laurent Rochette, interviewé par La Gazette du Tennis il y a quelques semaines. Inzerillo se fait pour sa part clair : « Il faudrait être aveugle pour dire le contraire. Et ça en devient dangereux, car tout cela va tuer le tennis… »

Le financement participatif s’étend de plus en plus au sport et au tennis : la Française Manon Arcangioli a elle aussi tenté sa chance, avec un projet à long terme ayant pour but de la porter jusqu’au top 100, tandis que Grégoire Jacq compte sur les fonds récoltés pour pouvoir se lancer pleinement sur le circuit ATP. On trouve également sur ces plateformes de nombreux jeunes espoirs comme Clara FrogetKyrian Jacquet, Tiphanie Fiquet ou encore Juliette Colard, présentant tous un projet ambitieux et des contreparties souvent attrayantes comme des places pour Roland Garros, des entraînements partagés… On remarque également que l’enseigne Intersport est particulièrement engagée dans ces démarches et sponsorisent un bon nombre d’entre elles. Qui sait, peut-être est-ce là le nouveau moyen de tenter sa chance dans le tennis !

Propos recueillis par Sacha Acco

Pour aider J.Eysseric : http://www.leetchi.com/c/projets-de-jonathan-eysseric

Pour aider J. Inzerillo : https://www.leetchi.com/c/projettennis-de-inzerillo-jerome

Crédit photos : Tennis Magazine (article et Une)

Serge Gueroult (encadré)

18 commentaires to "Joueur cherche mécène"

  1. BABIN dit :

    on pourrait demander aux 10 meilleurs un tout petit pourcentage de leurs gains pour financer par exemple l’hébergement de ceux qui sont entre 500 et 1000 et qui sont du même pays ou bien leur demander que l’agence de voyage avec qui ils sont en contrat paye les voyages pendant un an d’un joueur de leur choix ; il y a plein d’idées de ce style à aprofondir

  2. Julien dit :

    Une astuce à leur proposer : sortir avec ou épouser une hôtesse de l’air, ça divisera leurs frais de voyages par 10 et leurs frais d’hôtel par 2 environ si elle bosse dans notre chère compagnie nationale… De rien les gars, bons matches ! 😉

  3. Anonyme dit :

    Pour connaître personnellement ces deux joueurs, je ne leur donnerai pas un centime. Ils sollicitent l’appui financier de certaines personnes pour pouvoir franchir un palier… Qu’ils n’ont pas franchi plus tôt de par leur entière faute.

    Ce sont deux « fêtards » invétérés qui ont longtemps pensé plus à l’alcool et aux nanas qu’au Tennis. Pour réussir dans ce sport, il faut faire des sacrifices… Qu’ils n’ont pas fait.

    Mon point de vue est un peu « méchant » diront certains. Mais on a ce que l’on mérite. Je préfère largement faire un don à un garçon comme Lucas Pouilles, ou un espoir sérieux de la génération 96-98. Ces deux joueurs sont nés en 90 il me semble, c’est un peu tard pour eux.

    Fallait faire les sacrifices avant…

  4. CJ dit :

    C’est ridicule.

    Pour quelle raison devrait on donner de l’argent à des gens pour qu’ils aillent jouer au tennis? ou à n’importe quel sport d’ailleurs.

    A 24, quand tu es aussi loin dans le classement, faut te faire une raison. Tu assumes, tu n’es pas au top, eh bien tu te sors les doigts, et tu montes. C’est pathétique de demander de l’argent à des travailleurs pour aller taper dans la balle aux 4 coins du monde et pour emmener le gentil coach sans lequel on ne peut pas gagner.

    24, a peine dans le top 200? et encore. Faut arrêter les gars. Si vous aviez le niveau pour être au dessus vous y seriez depuis longtemps.

  5. ptimo dit :

    comment dire vous allez avoir 25 ans donc plus aucun espoir d’etre dans les 100 (jamais vu depuis 34 ans que je suis le tennis)le plus tard gicquel.. vous n’avez pas le talent pour tout simplement demander a vos potes du tennis les milionnaires simon gasquet tsonga etc il se feront un plaisir de vous financer. treve de plaisanterie si vous etiez a leur places et moi au chomage vous seriez en suisse pour planquer vos sous votre aides dans ce cas … … faite du tennis en amateur c’est rès bieN aussi comme moi. je paye mes tournois cordages etccc. si aucun sponsor parie sur vous c’est pas moi qui vais le faire d’autre priorité avec monj salaire le lyer la bouffe etccc.

  6. jean fratoni dit :

    c’est une blague ou quoi ? Le nommé Inzerillo (qui ?) dit même « tout cela va tuer le tennis » (sous-entendu : si on ne fait rien pour des gens comme moi!)et le type est 668ème mondial ! T’en fais pas pour le tennis mon gars, il s’en tirera très bien sans toi. Allez au boulot les jeunes, prof de tennis par exemple

  7. Chorplock dit :

    Demander de l’argent au public, dont une bonne partie a déjà du mal à boucler ses fins de mois, pour aller jouer au tennis en voyageant à travers le monde c’est quand même sérieusement gonflé ! C’est votre choix de carrière, si ça ne passe pas financièrement assumez et faites autre chose.
    Et je n’ose même pas imaginer le gars qui arriverait à monter à un bon classement grâce à ça. Il prévoit quoi dans ce cas, signer 2-3 autographes à ceux qu’il l’auront soutenu puis partir planquer ses millions gagnés en Suisse ? Non parce que ça semble la mode chez les bons joueurs français. Ils bénéficient de tous les avantages de la fédération et de ses moyens (financés en grande partie par l’argent public) et quand ça marche bien pour eux ils partent s’installer en Suisse pour éviter de payer les impôts dont ils ont pu bénéficier. Que ces joueurs qui galèrent aille leur demander de l’argent à eux, ce serait plus justifié !

  8. jolatchache dit :

    c’est un peu plus compliqué que cela,
    certains ont besoin d’un déclic sur quelques mois, d’une wild card sur un tournois, d’un petit peu de chance et de bon moyen financiers.
    Après si il y a un retour sur investissement pourquoi pas?

  9. Chorplock dit :

    Certes je ne nie pas que ça pourrait être une aide ponctuelle pour aider un jeune joueur à progresser. Mais à 25 ans il y a peut-être une remise en question à faire. Le niveau top 100 sera très difficile à atteindre pour eux et demander de l’argent n’est sans doute pas la meilleure chose à envisager. Pourquoi pas une reconversion dans le monde du tennis en tant qu’entraîneur dans un club par exemple ? Certes ce sera fini les tours du monde, mais bon il faut quand même savoir se faire une raison. Dans le monde professionnel quand on travaille dans un domaine et que ça ne marche pas, on se trouve une reconversion dans un autre secteur d’activité.
    Quand à l’idée de demander aux meilleurs joueurs de participer au financement des plus jeunes via un prélèvement sur leurs gains je trouve que ce ne serait vraiment pas une mauvaise chose. Dès leur période de formation au centre d’entraînement de la FFT on pourrait leur faire signer un contrat qui les engageraient dans ce sens. C’est donnant-donnant : on bénéficie de ces facilités au départ et on aide au financement pour les suivants quand on en a les moyens.

  10. childeric dit :

    c’est plutôt « joueur cherche pigeons »

  11. Serena dit :

    Moi je trouve que c’est une bonne idée. Aujourd’hui chez les hommes l’accession au très haut niveau (Top 100) est plus tardive qu’avant et d’ailleurs l’âge moyenne y est aussi plus élevé. Plus d’un tiers des Top 100 hommes ont plus de 30 ans. Donc, il est loin d’être trop tard. Que ce qui n’y croient pas gardent leur argent mais il faut arrêter de toujours vouloir casser les projets ou rêves des autres. Vivre et laisser vivre vous connaissez? J’encourage sincèrement ces joueurs à persévérer et aller au bout de leur aventure car faire du sport à haut niveau, même si ça ne se matérialise pas en € dans un compte, ça apporte une expérience et des valeurs hors norme qui peuvent être capitalisés à terme.

  12. Adhoc dit :

    Risible.

    ll est temps pour eux d’affronter la réalité, de briser leur petit cocon artificiel, de travailler comme éducateur/entraîneur dans le monde du tennis, de trouver un emploi dans le secteur associatif ou de reprendre des études courtes (BTS/DUT) pour gagner leur casse-croûte. Et de jouer en tant qu’amateurs comme des milliers de très bons joueurs à travers le monde.

    Demander un financement participatif en étant classé 248e à l’ATP (Eysseric), pourquoi pas, mais seulement si on a 20, 21, ou 22 ans maximum.
    Le type qui est 669 à l’ATP (Inzerillo) à presque 25 ans doit être sacrément immature pour s’acharner alors qu’il n’a pas suffisamment de talent pour vivre de sa passion.

    C’est une qualité de vouloir réaliser son rêve, c’est une toute autre qualité (bien supérieure) de voir les choses en face, lorsque le rêve n’a plus aucune chance de se réaliser.

  13. amaury dit :

    Ridicule, Risible …….

    Demander un financement participatif pour que le petit Jonathan ait son coach avec lui sur les tournois. Redescend sur terre garçon, tu as 25 ans, de une tu peux voyager seul et de deux le top niveau tu ne l’attendra jamais. Il faut affronter la réalité les petits chéris, les voyages aux quatre coins du monde c’est sympa, vous êtes dans un cocon artificiel. Connaissant les deux joueurs et l’entraineur en question c’est une belle blague, des clowns, un cirque à eux trois. Si j’avais un centime à donner, je l’investirais sur des jeunes comme Quentin halys et Lucas Pouille eux mouillent vraiment le mailLot.

  14. AnsonTrask dit :

    C’est assez simple en fait. Les gars, faites 3 quarts de finale dans l’année (atp 250 hein pas master 1000 ou grand chelem, que ça reste jouable), et vous aurez environ 50k. Voila, bon courage 😉

  15. passing1976 dit :

    j’ai une solution si tu crois vraiment en toi. tu vas voir un banquier et tu lui expliques que tu vas etre dans les meilleurs et gagner beaucoup d’argent et tu en feras ton conseiller fiscal par la meme occasion aussi avec tes millions planqué en suisse après ca. pour le garant tu prends tes parents ils ont une maison dans le var qui pourra servir de caution. moi etudiant j’ai du emprunter aussi et remboursé après. je blague bien sur. aucune chance d’avoir un crédit dans ces conditions. finalement va travailler et prendre ta passion du tennis dans ton temps de loisir comme moi. il y a des centaines de joueurs comme toi dans le monde et des plus doué en plus. suffit pas d’avoir fait 5 sets a 18 ans contre murray pour etre un champion. bonne chance quand meme. de la part d’un ex -2 dans sa jeunesse.

  16. sponsor dit :

    entierement d’accord!!!!

  17. sponsor dit :

    Un sponsor a voulu aidé Mr Eysseric en juin 2014, lui proposant une somme importante pour couvrir ses frais. Ce sponsor s’est vu contacté par un intermédiaire , lui demandant de ne plus contacter Mr Eysseric, refusant ainsi l’aide apportée, je serai du sponsor , je me marrerai aujourd hui!!. Déja l’entourage est pourri, et ce depuis le début de sa carrière professionnelle , car tout le monde veut croquer dans la pomme. Maintenant a 24 ans , le champion du monde junior n’a pas décollé. Cette demande de don n’est qu’une vaste fumisterie. Il joue au Racing club de france en équipe prochainement qui le paie grassement, qu’il demande une augmentation, ou il fait comme tout le monde , il bosse plus ou va a la banque.
    Remettez vous en question les gars et allez sérieusement vous entrainer ou passez votre BE et donner des cours!!

Laisser un commentaire