IMPRIMER IMPRIMER

« Des petits détails qui font la différence »

Détendu, Stan (c’est le nouveau prénom qu’il a demandé à l’ATP) Wawrinka s’entraînait avec Roger Federer aujourd’hui sur les courts de Roland Garros. Le Suisse, devenu n°3 mondial suite à une fulgurante progression, s’est confié à La Gazette du Tennis. Il affrontera Guillermo Garcia-Lopez pour son entrée en lice.

Stan, dans quel état d’esprit abordez-vous ce nouveau Grand Chelem ? 

Je ne pense pas du tout à la victoire finale. Je me suis bien entraîné ces derniers jours. Mon état d’esprit, c’est de me concentrer et de bien jouer dès mon premier match. De toute façon, pour l’instant, je ne peux pas voir plus loin.

Que vous a apporté Magnus Norman, votre coach, depuis le début de votre collaboration ?

Magnus m’a apporté énormément, je suis passé de la 17ème à la 3ème place mondiale avec lui, j’ai gagné un Grand Chelem… C’est quelqu’un de très professionnel et on veut progresser chaque jour. Il me pousse à donner le meilleur de moi-même à chaque entraînement et c’est très important. A la fin, ce sont des petits détails qui font de grandes différences.

Avant votre « explosion », on vous a souvent catalogué comme « le Suisse qui perd »… Comment voyez-vous cela aujourd’hui ? C’est une revanche ?

Non, je ne vois pas ça comme ça, mais plutôt comme le fil de ma carrière. Je suis vraiment super heureux de ce qui m’arrive actuellement. Si j’obtiens ces résultats, c’est grâce à tout le travail que j’ai fait, grâce à mon team aussi, mais je ne le dois à personne d’autre et personne pourra ne me le prendre. C’est ce qui compte.

Vous approchez de la trentaine et vous avez l’air en pleine forme. C’est le cas ?

Je pense que le tennis a beaucoup changé, les joueurs jouent bien plus longtemps, tout s’est complètement décalé. Le plus important, c’est de savoir rester professionnel et de faire une bonne programmation sur l’année. J’ai eu cette chance là depuis le début de ma carrière.

Propos recueillis par Sacha Acco

Crédit photos : FFT

AFP/Patrick Kovarik

1 commentaire to "« Des petits détails qui font la différence »"

  1. Horacio Teodoro Parenti dit :

    Nadie recuerda que « Stan » fue uno de los pocos que batian regularmente al genial Nalbadian. Federer que habia perdido màs de una vez con Nalbadian, se preguntaba, incrèdulo: Còomo es posible que él le gane a Nalbadian » ? 🙂

Laisser un commentaire