IMPRIMER IMPRIMER

« Passion et plaisir »

Les allées vides, les boutiques disparues, la majorité des terres battues dépourvues de leurs lignes et de leur filet : Roland Garros est bien calme, en ce début de mois d’avril. Alors certains en profitent. A l’ombre du Suzanne Lenglen, sur le court n°10, Eric Prodon tape paisiblement la balle avec le jeune Mathias Bourgue. « C’est un lieu extraordinaire. C’est fabuleux de pouvoir s’entraîner ici au quotidien » sourit-il. A 32 ans, celui qui approche de ses quinze ans sur le circuit se prépare pour une énième reprise. « Cette saison 2014 est compliquée, comme les deux dernières d’ailleurs explique-t-il. J’ai été blessé au coude pendant 15 mois et je n’ai pu reprendre qu’en novembre dernier. La reprise ne s’est plutôt pas mal passée mais malheureusement, je me suis à nouveau blessé, au coude toujours, et du coup, je me prépare à reprendre dans deux semaines ».

S’il se fixait des objectifs de classement précis en début d’année, le Parisien a rapidement vu ses plans tomber à l’eau. Et désormais, l’incertitude plane quant à sa capacité à tenir sur le long terme : « Mon objectif premier est de jouer toute cette fin de saison sans blessure, mais au jour d’aujourd’hui, je ne suis pas encore sûr à 100% de ce que mon corps peut me donner » avoue-t-il. Mais il en faut plus pour déstabiliser ce grand fou du tennis. « Quand on aime ça, c’est dur de s’en passer. La passion et le plaisir entretiennent la motivation. Et c’est surtout que je sens que je peux encore réaliser des belles choses, donc je m’accroche pour justement revivre des moments comme j’ai pu en vivre à Roland ces dernières années… » lance-t-il en glissant un rapide regard vers les courts derrière lui. Une sorte de rendez-vous qu’il se fixe à lui-même pour mi-mai, date de début des qualifications de Roland Garros qu’il disputera avec un classement protégé.

« En temps voulu, je deviendrai coach »

Actuellement 635ème joueur mondial, Prodon ne se fait pas trop de souci pour son classement : « Si j’arrive à entretenir correctement mon corps, je pense que le classement va monter assez rapidement. Physiquement tout va bien, tout va mieux, et je me sens bien, solide. J’espère qu’en compétition, ça le fera autant qu’à l’entraînement. J’ai arrêté sur une victoire (au Future de Santa Tecla, NDLR) donc pas de raison que je ne reprenne pas dans de bonnes conditions ! » positive-t-il. Ce qui ne l’empêche pas de rester prudent, puisque l’ancien pensionnaire du top 100 a rayé de son programme la tournée de Challenger en Amérique du Sud qu’il affectionne particulièrement pour une reprise à l’échelon inférieur, du côté des Futures.

Toujours sous l’œil de Mathias Bourgue, 20 ans et ancien champion d’Europe chez les juniors, Eric Prodon revient une dernière fois sur sa volonté de transmettre aux jeunes joueurs : « Je ne me laisse pas un nombre d’années précis, peut-être un an ou deux, ça dépendra de mon physique. Mais j’aime aider, j’aime faire part de mon expérience et je suis un passionné, donc je pense qu’en temps voulu, je mettrai ma casquette de coach… »

Propos recueillis par Sacha Acco

Crédit photos : FFT

Laisser un commentaire