IMPRIMER IMPRIMER

« Une saison, c’est 30 000 € de frais »

Sans langue de bois, elle dit tout. Pour Constance Sibille, parler d’argent, ce n’est pas tabou. Cette Mosellane de 23 ans, qui pointe aujourd’hui à la 330ème place mondiale, est, financièrement parlant, encore bien loin des Serena Williams, Maria Sharapova ainsi que des contrats sponsors avec des millions de dollars à la clé. « Au niveau des frais, une saison me coûte 30 000 € », résume t-elle. « Ma ligue me donne 8 000 € et la fédération 5 000 €, soit 13 000 € au total. Il me reste donc 17 000 € à trouver pour financer le reste… » explique Constance. « Mais je ne suis pas spécialement près de mes sous, et je ne vis pas comme une ermite sous prétexte que je dois financer ma saison seule ».

Mais attention… « Quand je dis 30 000 €, c’est en voyageant sans entraîneur » précise t-elle. « Moi, mon entraîneur sait que je n’ai pas beaucoup de moyens et me demande seulement 150 € par semaine, quand je m’entraîne avec lui sur Metz. Du coup, ça lui permet quand même de gagner sa vie en donnant d’autres cours ». Mais quand l’entraîneur fait le déplacement, la joueuse doit logiquement lui payer tous ses frais, ce qui revient à multiplier par deux les 30 000 € de départ. « Je lui verse 200 € par semaine en guise de salaire, ce qui est très peu pour lui mais beaucoup pour moi ».

« Si une chose est sûre, c’est que je ne gagne rien ! »

13ème joueuse française depuis l’an passé, la championne de Lorraine en titre peut ainsi tirer profit de son nouveau classement sur les tournois nationaux. « Maintenant que je suis en première série et que j’ai ce classement français, j’ai la chance de pouvoir bénéficier de garanties, en général 600 €, sur les CNGT (Circuit Nationaux des Grands Tournois, NDLR), qui font donc partie intégrante de ma programmation. J’essaye d’en faire une dizaine minimum chaque saison. C’est vraiment génial, tout est pris en charge et en plus on gagne de l’argent ! » sourit-elle. Dans le même cas qu’elle, sa grande copine Irina Ramialison (n°279 WTA) profite elle aussi de garanties. « Mais c’est toujours compliqué de boucler mes fins de mois. J’ai souvent du mal… » regrette t-elle.

Le reste du temps, elles tentent généralement leur chance dans des tournois ITF, dont la dotation va de 10 000 à 100 000 dollars. « Là, tout est à notre charge : le transport, l’hébergement, les repas… Ces tournois sont souvent onéreux et il faut bien jouer pour essayer de rentabiliser sa semaine, donc faire au moins une demi-finale » explique Constance Sibille. « Je n’hésite pas, parfois, à demander si une famille du club peut me loger le temps du tournoi. Ça me fait faire beaucoup d’économies » explique Irina Ramialison. Championne de France seconde série l’an passé, elle vient de signer un contrat avec Bizznessport Ass, une structure qui va s’occuper de lui dénicher des sponsors, afin de continuer à « vivre [m]a passion à fond ».

Ramialison ajoute : « trop de gens croient que nous, joueurs et joueuses de tennis, nous roulons sur l’or. C’est vrai pour le top 100. Pas pour le circuit secondaire. La réalité est tout autre, nous nous devons d’être à 300% tout le temps si nous voulons exister » estime la joueuse de l’US Orléans, son club qui lui permet de financer une partie de sa saison à travers les matchs par équipes. « A la fin de l’année, il ne me reste pas grand chose, voire rien… Après, l’année dernière, c’était la première où j’ai joué toute l’année. Donc c’est difficile de dire si je perds de l’argent » dit-elle, avant de trancher : « en tout cas, ce qui est sûr, c’est que je n’en gagne pas ! »

Propos recueillis par Sacha Acco

Crédit photos : A.Barbier

FFT

28 commentaires to "« Une saison, c’est 30 000 € de frais »"

  1. Francois dit :

    Interessant

  2. Partir_une_nuit dit :

    OMOSHIROI

  3. alfonsedode dit :

    inréressant, je pensais que les prize money serait plus gros pour ces joueuses. J ai l’impression qu’à classement équivalent, les hommes gagnent plus ?

    • Sacha dit :

      La question a été posée à Irina, qui a répondu : « je pense que sur le circuit ITF, il n’y a pas de grande différence au niveau du prize-money. Cependant, il y a plus de tournois pour eux où leur hébergement est pris en charge par l’organisation. Au niveau national, les tournois Open sont toujours mieux dotés chez les garçons que chez les filles ». A noter que sur les CNGT, les garanties sont aussi plus élevées côté garçon.

  4. Nono dit :

    Tant qu elle ne gagne pas d argent , le sujet ne sera pas tabou, si elle gagne des millions, ce que je lui souhaite, son discours sur ce que le tennis lui rapporte changera du jour au lendemain

  5. Pertinax dit :

    200 euros par semaine l’entraîneur? sérieusement, comment il vit avec ça?
    Si les gains sont les mêmes en grand chelem, les tournois ITF que joue Constance Sibille sont plutôt au niveau des « futures » question gains côté masculin.
    A comparer avec ce que gagnent tous ceux qui tapent bien dans un ballon…

    • Sacha dit :

      Effectivement, mais il reste la plupart du temps sur Metz où il peut alterner entre les entraînements avec Constance et ses autres cours, pour équilibrer son salaire. Effectivement, niveau gains, on se dit que le tennis est très, très loin du football…

  6. Patator dit :

    Intéressant, certes, mais à valeur zéro côté compassion en ce qui me concerne.
    Son activité « professionnelle » est un sport, un jeu, donc avant tout un plaisir.
    Elle a fait le choix d’essayer de gagner sa vie dans une activité qui n’apporte strictement rien au monde qui l’entoure, c’est un choix purement égoïste.
    N’importe quelle « petite » vendeuse dans la plus miteuse des boutiques mérite plus de respect qu’elle, en ce qui me concerne.

    • Sacha dit :

      Cet article n’a pas pour but de vous faire avoir de la compassion envers ces deux joueuses et envers les centaines d’autres qui sont dans le même cas. Simplement de mettre en lumière d’autres acteurs du tennis, de montrer qu’il n’y a pas que Nadal et Federer qui jouent au tennis. Constance a laissé un commentaire ici-même pour la partie « plaisir ». Juste une question : faut-il détester son métier pour être respectable ?

  7. TomTom dit :

    Tout à fait daccord ! Elle est à la 330éme place mondial, pas dans le TOP 50 ! C’est son choix, elle pourrait aller travailler à la place si elle veut gagner sa vie. Il y a peu de sport ou 330 athlète peuvent se permettre de vivre de leur passion ! Sinon beaucoup de personne en ferait !

  8. VB dit :

    Faut arrêter de comparer au foot. Le tennis génère d’importants revenus qui sont versés à un petit groupe, son élite. Jusqu’à il y a pas longtemps un Nadal ou un Federer gagnait + que les meilleurs joueurs de foot.
    Ensuite le foot brasse bien + d’argent que le tennis. Une Coupe du monde c’est au moins 2 Mds de droits TV. Toulouse (c’est un exemple avec une équipe moyenne de L1) joue à domicile devant 10.000 personnes sans forcer. Même si toutes payaient simplement 15€ (et la moyenne payée est certainement au dessus) ça ferait déjà 150.000 € d’entrée toutes les 2 semaines, sans les droits tv, sans les contrats. Même en décomptant les frais il doit bien rester 80 à 100.000 €. Pourquoi les joueurs ne devraient pas en toucher une (grosse) part ?

  9. Innerself dit :

    Article intéressant mais beaucoup trop court ! J’en aurais volontiers lu 4 fois plus, et ça aurait permis d’aller au fond des choses.
    Mais c’est bien de mettre en lumière ceux qui ne comptent pas parmi les tout meilleurs mondiaux. Le blog Kick-Off le fait aussi, concernant les joueurs de foot français dans les divisions obscures des ligues britanniques.

  10. New York dit :

    Completement debile comme commentaire. Donc seules les personnes qui ont un boulot degueulasses qu’elles detestent meritent le respect? Au contraire, cette joueuse, que je ne connaissais pas, s’essaie dans un sport qui exige des sacrifices — financiers, physiques, etc. pour vivre de sa passion et inspirer, pourquoi pas, les gens qui viennent la voir jouer. Cet espece de romantisme du proletariat, c’est completement ridicule.

  11. trevais dit :

    il y a une solution; l’usine…..elle gagnera de l’argent et regulierement!!

  12. alfonsedode dit :

    Merci pour ce retour,
    Effectivement, il faudrait peut être revoir la distribution des revenu du tennis. C’est qd meme dommage qu une pro comme elle soit à fond perdant. 500 joueues qui gagnent leur vie sur la planète, ce serait pas excessif. Autant que les points soit multiplié par 2 a chaque tour, je trouve que ca a une logique intéressante, autant c’est loinb d’être justifié pour les rétributions…

    Un mec comme Antoine Benneteau a l air de gagner sa vie lui. Apres vérif, il a que 1300$ de gain cette année et 43 k$ en carriere. Mais ca doit ne prendre en compte que le circuit principal… Moralité, j’ai pas la moindre idée de sa balance commerciale :).

    • Sacha dit :

      Attention : les sommes données sur le site de l’ATP ne prennent en compte que les résultats, et donc pas les frais/charges. Si on prend l’année 2013, il a gagné environ 11 000$ de prize-money, une fois les frais enlevés…

  13. Constance dit :

    Un petit commentaire juste pour dire un grand merci à ceux qui nous soutiennent!
    Pour les autres, …
    Il est vrai que nous essayons de vivre de notre passion et donc que bcp de gens nous disent que nous ne sommes pas à plaindre même si nous ne roulons pas sur l’ or.
    Mais au delà du plaisir procuré pendant les matchs il y a tout le travail derrière : environ 6h par jour (des heures à faire des intermittents, le coeur qui monte à 210…, de la musculation, etc …) sans compter le temps passé pour la recup’ ( stretching, yoga, sophrologie… ) ou chez kinés, osthéos pour essayer de remettre d’ aplomb son corps, sans parler des blessures à répétition!
    Le tout depuis bien 10 années!
    Tout ça pour dire que même si je n’ ai pas le sentiment d’ être à plaindre parce que j’ aime profondément le tennis, je tiens à dire qu’ avec tous les sacrifices que j’ ai pu faire et tout le coeur que je mets dans ce que je fais chaque jour,
    je suis fière de faire ce que je fais et de ce que je suis devenue grâce à ce sport !
    Et je souhaite à tout le monde de s’ épanouir dans son métier !
    A bon entendeur …

  14. New York dit :

    Bon courage Constance, et rendez-vous, peut-etre, a l’US Open!

  15. alfonsedode dit :

    oui, ca me semblait clair, mais je me demandais si les challengers et les tournois françcais était comptabilisés. Merci pour cette éval du « bénef » .

    Et bravo a constance pour son bel état d’esprit 🙂

  16. oaotennis dit :

    Ce n’est pas gentil du tout pour Constance.

  17. ComeOnLesFilles dit :

    Constance, tu as toute ma considération. Je sais ce qu’implique comme sacrifice, persévérance et humilité la pratique d’un sport à haut niveau. Sans joueuses ou joueurs comme toi il n’y a plus le haut de la pyramide comme les federer, nadal, sharapova, williams et compagnie. C’est pour ça qu’il faut à mon sens rééquilibrer les récompenses financières entre les premiers et derniers tours de tournois sur le circuit pro. Jusqu’à preuve du contraire un match du tennis se joue à deux ou à quatre. N’écoute pas les grincheux enclins à juger, dénigrer sur tout et sur rien. Dans certains pays on peut faire un sport de haut niveau et des études relevées. C’est très compliqué en France où on a une mentalité assez étriquée et frileuse. Les cursus de l’enseignement supérieur permettant de concilier les deux se comptent sur les doigts de la main.
    Toutes les qualités que tu auras développées dans le tennis te serviront dans une autre vie, professionnelle et personnelle. Bon courage à toi pour ton tennis et le reste.

  18. Eloi dit :

    Bonjour Constance, etant un petit joueur de tennis et ayant aussi eu la chance de taper 3 A ‘ HEURES par jour , je vous felicite pour ce que tu fais
    Un coup de pouce, allez je dirais iens ton objectif et il sera le tiens bientot mais c est dure
    Bon courage pour tout et j espere que la France auras l occasion de te regarder dans un grand tournoi

  19. kréokh dit :

    ton argument ne tiens pas une seule seconde patator. Une vendeuse n’exerce pas ce métier par générosité ou pour apporter quelque chose au monde, mais pour gagner de l’argent… Constance ne se plaint pas de sa situation, et au contraire, c’est très courageux et digne de respect de se lancer dans sa passion et d’essayer de gagner sa vie avec.

  20. Vincent dit :

    super reponse…bravo et courage…

  21. lid dit :

    La notion de ‘métier utile’ de certains commentaires est à prendre avec des pincettes. Un champion, ou quelqu’un qui tente de le devenir, donne des exemples de rigueur, de concentration, d’abnégation, de force mentale, … bref, de qualités qui peuvent nous servir d’exemples à tous.

  22. antho dit :

    sauf que des usines y en a de moins en moins … bref là n’est pas le débat. Pourquoi ne pas juste apprendre de cette vision du circuit secondaire, tel le but de cet article, plutôt que de ramener des arguments pas très malins comme ca

  23. lindsou dit :

    Je me rappelle avoir vu jouer Constance au club de clamart pour les interclubs.
    Tres tres bonne joueuse agreable a voir jouer.

    Quand on voit le tarif des tournois en France ne serait ce que pour avoir un petit classement il est facile de comprendre le cout quand on joue au plus au niveau…

    Bon courage !

  24. Guillard dit :

    Merci à Constance Sibille de cet interview fort intéressant. Bon courage pour la suite de sa carrière. On comprend aussi la disparition de certains bons joueurs et certaines bonnes joueuses chez les juniors. Il faut pouvoir.

Laisser un commentaire