Du ballon orange à la petite balle jaune

Ostéopathe de l’équipe de France de basket-ball et en charge d’un cabinet réputé à Los Angeles, Fabrice Gautier s’attaque à un exercice auquel il ne s’est encore jamais essayé : le tennis. Il devient l’ostéopathe de Victoria Azarenka.

Basket 2
Les paniers, il connaît. Les raquettes, un peu moins. Ostéopathe de l’équipe de France de basket-ball depuis 2009, Fabrice Gautier, 40 ans, vient de rejoindre le staff de Victoria Azarenka, n°2 mondiale. Officiellement, en tout cas. « En fait, Victoria s’était blessée à Wimbledon, et son coach Sam Sumyk avait entendu parler de moi à travers un article dans L’Équipe et par un ami à lui qui me connaissait. C’est donc lui qui m’a contacté en premier pour me rencontrer, et on a commencé à partir de ce moment-là, mais ce n’est officiel que depuis peu » raconte le Bourguignon, sollicité pour la première fois dans le milieu du tennis. « Il y a tout de même certaines choses qui se rejoignent entre un basketteur et une joueuse de tennis » précise t-il.

« Diminuer le nombre de blessure et la rendre plus flexible »

Joueur amateur il y a quelques années, Fabrice Gautier a des objectifs biens ciblés pour sa nouvelle « patiente » : « le premier aspect, demandé Sam et Victoria elle-même, c’est de diminuer le nombre de blessure sur l’année. En 2013, elle a dû quitter trois tournois en déclarant forfait. On a donc d’abord dû faire un travail physique de prévention, pour la rendre plus performante sur le nombre de tournois qu’elle va pouvoir disputer sans pépin physique » explique t-il. « Globalement, il s’agit de la rendre plus forte à certains endroits, et surtout plus flexible à d’autres, plus souple. »

Mais Gautier ne s’occupera pas exclusivement de la Biélorusse, « étant donné que je travaille déjà beaucoup avec les joueurs de basket de NBA et avec ceux de l’équipe de France ». « Samedi (aujourd’hui) je vais à Chicago pour m’occuper de Joakim Noah, jeudi je vais à San Antonio pour Tony Parker, et jeudi soir je prends l’avion pour aller en Australie ». Il y rejoindra Azarenka, double tenante du titre et en quête d’une troisième couronne en Grand Chelem.

« C’est le cabinet qui prendra en charge Victoria »

Ne pouvant pas se déplacer sur la totalité des tournois, Gautier se relaiera donc avec Stéphanie Turpin, l’autre masseuse, qui travaille également dans son cabinet, basé à Los Angeles. « En fait, c’est le cabinet qui va prendre en charge Victoria. Je m’occupe de la partie ostéopathie, puis on se relaie avec mon cabinet pour la partie soins et prévention. Stéphanie et moi tournons selon les tournois et les activités : par exemple, à Hawaï, pour la préparation que Victoria a été faire, c’est moi qui étais avec elle ».

Enfin, il nous était impossible de quitter l’ostéopathe de l’équipe de France de basket sans lui demander ce qui change vraiment, dans son rôle, entre le ballon orange et la balle jaune. « La grosse différence, c’est justement que dans le basket, on est en équipe. Il ne faut donc pas s’occuper d’un seul individu, mais bien d’un groupe, sans oublier que le staff est plus conséquent. Ensuite, c’est une autre type de programmation, et ça change un peu la préparation, notamment. Quand on s’occupe d’un seul athlète, ça permet sûrement d’être plus précis, d’être vraiment sur un seul cas. »

Propos recueillis par Sacha Acco

Fabrice Gautier sur Twitter

Crédit photos : Fabrice Gautier
Fédération Française de Basket

1 commentaire to "Du ballon orange à la petite balle jaune"

  1. Ô GRAN DAM' dit :

    Il connaît les paniers mais aussi LES RAQUETTES (pas les mêmes) dans le basket.

Laisser un commentaire