IMPRIMER IMPRIMER

Nicolas Escudé, un homme occupé

Malgré un emploi du temps chargé, Nicolas Escudé n’est pas du genre à refuser une interview. L’ancien capitaine de l’équipe de France de Fed Cup, qui coach Nicolas Mahut mais aide dans un autre temps à développer les différents produits de la marque Artengo, a ainsi pris quelques instants pour répondre à nos questions, sur le Court Central du Moselle Open. Et avec le sourire, comme souvent.

20130920-150415.jpg
Nicolas Escudé, parlez-nous tout d’abord de votre collaboration avec Nicolas Mahut.

Ça a commencé il y a deux ans, quand Nicolas m’a approché. On avait travaillé ensemble sur le tournoi de Bercy, en fin d’année. On était ensuite allés sur Paris pour la préparation hivernale mais il a eu quelques petits problèmes avec son genou, donc on a mis un petit stop à la collaboration pendant un an et demi, et on a repris cette année. Je l’ai suivi à Roland Garros puis sur la tournée sur gazon et donc ici, à Metz.

Vous alternez donc avec Thierry Ascione, l’autre coach de Nicolas ?

Oui tout à fait. Thierry a en charge Nicolas toute l’année, alors que moi j’interviens sur des périodes bien précises comme la tournée sur gazon, le Moselle Open cette semaine, l’Open d’Orléans la semaine prochaine…

Et vous devez aussi répartir votre temps avec vos activités au sein de la marque Artengo…

Oui, je monte de temps en temps sur Lille pour le développement des raquettes notamment.

Pour revenir à Nicolas Mahut, qu’est-ce que vous pensez lui avoir apporté, et qu’est-ce que vous pensez pouvoir encore lui apporter ?

Je lui ai apporté mon expérience pour l’approche des matchs, déjà. Je l’ai aussi aidé sur quelques points techniques comme le service, la volée. Maintenant, je dois lui apporter encore plus pour qu’il puisse monter au classement et gagner des matchs.

Quels sont les objectifs de fin de saison ?

Gagner des matchs ! Prendre les matchs les uns après les autres, car il ne faut pas oublier qu’avant la saison sur gazon, « Nico » était 240ème au classement ATP, et il est bien revenu. Donc il n’y a pas d’objectifs bien précis, maintenant qu’il est revenu dans le top 100, il faut prendre les matchs les uns après les autres.

Vous pensez qu’il a passé un cap avec ses deux premiers titres sur le grand circuit acquis cette saison ?

Oui, ça faisait un petit moment. Surtout qu’il avait déjà joué des finales, et qu’il avait des expériences assez douloureuses sur ces finales, donc je pense que gagner ses deux premiers titres, la même saison en plus, ça lui a fait passer un cap.

Un petit mot sur la Coupe Davis : France-Australie, un des affiches du premier tour de Coupe Davis 2014, ça vous rappelle quelque chose, non ?

Oui, des bons souvenirs, 2001 (il avait apporté le point de la victoire lors de la finale 2001 de la Coupe Davis contre l’Australie, NDLR)… Je crois d’ailleurs que c’est la dernière que ces deux nations se sont rencontrées. Forcément des bons souvenirs, d’autant plus que le précédent souvenir contre l’Australie en 1999 à Nice était plutôt douloureux…

Propos recueillis par Sacha Acco. Remerciements à Nicolas Escudé.

Laisser un commentaire